Vous êtes ici : Accueil > Et Nietzsche a pleuré

Et Nietzsche a pleuré

A Venise, à l’automne 1882, Josef Breuer,  célèbre médecin viennois, attend à la terrasse d’un café une femme qui  lui a envoyé un énigmatique message : »Je dois absolument vous voir pour une affaire urgente. L’avenir de la philosophie allemande est en jeu ». Cette femme, très jeune, elle n’a que vingt un ans , c’est Lou Salomé une intellectuelle russe, très brillante. Elle a entretenu, quelques mois auparavant, une courte liaison très passionnée avec Friedrich Nietzsche  avant de le quitter pour son ami  le philosophe Paul Rée  Depuis cette  rupture qu’il a vécu comme une trahison  il souffre de  migraines, angoisses et désirs de suicide et aucun des médecins consultés jusqu’alors n’a su le guérir.  Le docteur Breuer dont la méthode de « cure par la parole » a déjà montré son efficacité, reste le seul espoir . Mais encore faut-il que Nietzsche accepte de se faire soigner en remontant à l’origine de ses maux physiques.  Cela est hors de question pour lui car ce mal-être fait partie de sa nature profonde et nourrit l’essence de sa démarche philosophique  « Deviens, ce que tu es ».

Alors, par un habile subterfuge, Josef Breuer, accompagné de son élève, le jeune Freud, entame avec Nietzsche une psychothérapie croisée où chacun va se révéler et se débarrasser  de ses démons intérieurs tout en élaborant,  pour le philosophe ses principes philosophiques, et pour le médecin, une méthode thérapeutique que l’on appellera  bientôt psychanalyse.

L’auteur est psychanalyste et psychothérapeute et son propos,au-delà de l’intrigue romanesque de cette rencontre qui n’a jamais eu lieu entre les deux hommes, est de nous dévoiler de manière très simple et presque ludique la philosophie de Nietzsche et les prémisses de la psychanalyse.

SHARE

SHARE